Page précédente  Index  Page suivante

Octobre 1968 : le bal de la fac

L’association des étudiants organise cette année-là “Orsay rit”, une fête avec orchestres et bars. L’AFREUBO saisit l’occasion pour se produire en organisant avec la société Spaten, célèbre brasseur de Münich, une taverne bavaroise. Le principe est simple : Spaten fournit la bière, le serveur et les chopes, l’AFREUBO joue et reçoit à la fin 50% de la recette.
L’AFREUBO joue donc toute la soirée des airs alsaciens et bavarois (principalement les carnets des éditions Joseph Graff), sans omettre d’entonner “Ein Prosit der Gemütlichkeit”(*) tous les trois ou quatre morceaux afin de faire vider les chopes de bière, selon la tradition. Evidemment, la bière est gratuite et à volonté pour les musiciens. C’est une excellente opération financière pour l’AFREUBO, moins pour Spaten car à la fin de la fête, un tiers des chopes a disparu...
La première photo montre l’AFREUBO dans le monte-charge allant à la salle de la fête, au 1er étage du restau-U de Bures. On reconnait, derrière un organisateur de la soirée, Jean-Claude Jurvillier (chef pour la dernière fois avant de passer la main à Danielle Branche ; il porte pour l’occasion une culotte de peau bavaroise), Roland Eyraud (clarinettiste, mais qui ce soir-là joue du saxo), Danielle Branche, René Renaud (contrebasse) et Joël Eymard (trompette).
Sur la photo suivante, prise à l’entrée de la salle, on voit en plus Maurice Klein (baryton), Gérard Mourgeon (trombone), Jean-Loup Mauclaire (cornet) et Jean-Pierre Dalbéra (saxo). En dessous, le chef Jean-Claude Jurvillier en costume "bavarois".
Enfin, la dernière photo montre Roland Eyraud, Gérard Mourgeon et Joël Eymard pendant le bal. Ne figure pas sur les photos Jacques Eustache (clarinette).
(*) cet extrait vient d’un enregistrement sur cassette d’une sortie, probablement de l’été 1968.

Page précédente  Index  Page suivante